Cet article a été publié à l'origine en portugais dans le magazine Campo & Negócios Hortifrúti.

En 2017, l'Agence nationale de l'eau (ANA, par son acronyme en portugais) a publié une étude intitulée "Atlas Irrigation : l'utilisation de l'eau dans l'agriculture irriguée", qui a dressé un tableau de la situation du secteur dans le pays.

Les données ont révélé que le Brésil fait partie des dix pays qui irriguent le plus au monde, avec une surface productive de 6,95 millions d'hectares et un potentiel de croissance de 45% jusqu'en 2030. Avec tout ce potentiel, la principale préoccupation de l'ANA est que cette expansion se fasse de manière durable, en respectant les critères de responsabilité environnementale des organismes de régulation liés au secteur de l'environnement.

Avec l'extension des zones irriguées, nous avons également observé des pertes de surfaces dues à la salinisation, et le risque d'apparition de crises de l'eau dues au changement climatique, compromettant les ressources en eau de la planète.

Les agriculteurs doivent accorder plus d'attention que jamais à ces faits, en encourageant les améliorations structurelles, en investissant dans des systèmes d'irrigation plus efficaces, dans des équipements et des pratiques de haute technologie qui permettront de réaliser de plus grandes économies d'eau.

La qualité de l'eau est l'un des principaux points du processus de production, et le Brésil a un climat tropical et subtropical, dans lequel la plupart des sources d'eau de surface sont riches en matière organique, en algues, en colloïdes organiques, en fer et en manganèse, et son utilisation sans observer les précautions nécessaires provoque l'accumulation de saletés à l'intérieur des tuyaux des systèmes d'irrigation, créant un biofilm, obstruant les commandes des vannes et les émetteurs, et compromettant l'efficacité du système.

Eau dure

Un autre problème qui affecte les systèmes d'irrigation est celui de l'eau dite dure, qui est riche en carbonates et bicarbonates de calcium, de magnésium et/ou de sodium, ce qui provoque des bouchages dans les tuyaux et les émetteurs. À droite, nous pouvons voir le résultat des obstructions causées par le biofilm, qui sont des colloïdes organiques associés à FeO3 + et MnO +, et l'obstruction causée par les bicarbonates.

Cause et effet

Il arrive souvent que les agriculteurs ne se rendent pas compte que les récoltes sont constamment frustrées et que la qualité des fruits est compromise en raison de problèmes d'incrustation et d'obstruction des émetteurs, ce qui déséquilibre le système d'irrigation et, par conséquent, ne permet pas d'approvisionner les plantes en eau et en nutriments en quantité correcte.

Avec l'avènement d'une technologie comme AQUA4D®, il est possible d'avoir une eau d'excellente qualité, ce qui permet d'éliminer le biofilm et le tartre carbonaté de l'intérieur des systèmes d'irrigation, ce qui maintient les systèmes toujours propres et assure ainsi une meilleure distribution de l'eau et des nutriments. Le système est modulable et peut être utilisé pour tous les types d'irrigation et tous les débits. Simple à installer, il est installé après le pompage, après les filtres et l'injecteur d'engrais.

Au moment où l'eau passe à travers l'unité de traitement (TU), elle est touchée à la même fréquence et envoyée par le commandement de la FPro, ce qui décompose les grappes et améliore ainsi les propriétés physiques de l'eau - sans modifier ses propriétés chimiques.

Des avantages exponentiels

Outre les avantages susmentionnés, le traitement AQUA4D® améliore sensiblement la relation de l'eau avec le sol et la plante, que ce soit en termes de capacité de stockage de l'eau dans le sol, qui peut être mesurée par des tensiomètres, ou par une plus grande disponibilité des sels dans la solution du sol.

Dans les cultures les plus diverses, telles que : la banane, le citron, la mangue, le raisin, la goyave, la papaye, le melon, la pastèque, les fleurs et le café dans diverses régions du Brésil et du monde, cette technologie présente constamment des résultats positifs, avec de plus grandes économies d'eau, le dessalement des sols et des gains de rendement, de santé des plantes et de qualité des fruits.

Des résultats tangibles

Sur les photos de droite, on peut voir une zone de culture du raisin de table dans la vallée de São Francisco. Le producteur a obtenu des résultats incroyables, même avec de bonnes conditions d'eau locales (provenant de la rivière São Francisco), et le système AQUA4D® avec un traitement allant jusqu'à 44 m³/h.

Il y a eu une augmentation de la productivité de 27% et une augmentation de la qualité de 14%, comme indiqué ci-dessous.

Une agriculture durable, un retour sur investissement rapide

Une multitude de cas dans le monde entier attestent des gains directs et indirects apportés par la technologie AQUA4D®. Il s'agit notamment d'économiser l'eau, de pouvoir irriguer avec de l'eau salée, de résoudre les problèmes de colmatage et de biofilm, et de prévenir durablement les attaques de nématodes. De plus, les producteurs peuvent espérer un retour sur investissement (ROI) dès la première année pour les cultures à cycle court, et au maximum en trois ans pour les cultures à cycle long.

Pour en savoir plus :

L'agronome en chef, George Melo, explique comment AQUA4D peut révolutionner l'efficacité de l'utilisation de l'eau au Brésil :

Pablo Dantas de Agricola Famosa parle de l'impact du système Aqua4D

Armando Malul, producteur de melons, explique comment Aqua4D a sauvé ses cultures

  • Brésil

  • Traitement de l'eau

  • Agriculture

George Melo conseille les producteurs au Brésil