Felipe Villarino parle d'une plus grande efficacité de l'eau sur Radio Zero au Chili

Felipe Villarino d'Aqua4D Chile a récemment pris part à une discussion stimulante avec le programme WorkCafe de Radio Zero. L'interview complète est disponible ici (en espagnol), ainsi qu'en format texte ci-dessous. 

L'interview explore une série de sujets, y compris comment le système Aqua-4D peut contribuer à une plus grande efficacité de l'eau au Chili tout en résolvant ou en atténuant plusieurs problèmes agricoles communs tels que le colmatage, la salinité des sols et les infestations de nématodes

Catalina Allendes : Cette interview parle de quelque chose de très innovant, de différent et de DISRUCTIF. Voici Felipe Villarino, Directeur Général d'Aqua4DChile. Cette Aqua4D est donc une innovation qui permet d'économiser jusqu'à 30% d'eau, voire plus.

Felipe Villarino : Exactement.

Catalina : Tout cela s'inscrit donc dans le cadre d'une plus grande prise de conscience de l'utilisation de l'eau. Pourriez-vous nous en dire plus, Felipe ?

Felipe : Aqua4D est une technologie suisse qui apporte une plus grande efficacité de l'eau. Cette technologie réarrange subtilement les molécules d'eau, restructurant physiquement l'eau, ce qui réduit la tension superficielle. Lorsque l'eau entre en contact avec le sol, il y a une série d'avantages. L'une d'entre elles est une meilleure rétention d'humidité et une meilleure hydratation dans le sol, ce qui, dans le monde agricole, signifie que moins d'irrigation est nécessaire, ce qui se traduit par d'importantes économies dans l'utilisation de l'eau.

Catalina : Pourriez-vous nous en dire plus sur ce que la compagnie fait au Chili ?

Felipe : Nous allons sur le terrain, nous nous réunissons avec les producteurs et nous comprenons un peu les défis que chacun d'eux doit relever, et nous établissons un projet en conséquence. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur la région IV, où nous identifions les plus grandes pénuries d'eau dans le pays, et nous travaillons avec les agriculteurs qui ont de sérieux problèmes de pénurie d'eau. De nos jours, ils doivent s'enfoncer plus profondément dans la nappe phréatique, et soit ils ne trouvent pas d'eau, soit ils trouvent de l'eau de très mauvaise qualité et avec une conductivité électrique très élevée. Et c'est là qu'Aqua4D intervient pour vous aider grâce à cette innovation.

Les agronomes d'Aqua4D sur le terrain au Chili

Catalina : À quoi ressemble le système ?

Felipe : Il s'agit essentiellement d'une unité de traitement accompagnée d'un module de contrôle qui génère des signaux électromagnétiques à très basse fréquence, qui traitent l'eau.

Catalina : C'est comme une pompe ?

Felipe : ... Pensez-y comme un tube, imaginez un tube dans lequel passe l'eau. Et où l'effet est généré par ces ondes qui proviennent du système qui est attaché à ce tube (Unité de traitement). Ils sont modulaires, nous pouvons donc traiter des flux illimités.

Catalina : Et n'y a-t-il rien de similaire sur le marché ?

Felipe : Regardez, il y a des technologies avec électromagnétisme, mais elles n'ont pas la même efficacité qu'Aqua4D en termes de distance, en termes de traitement, et aussi qu'avec Aqua4D, l'efficacité de l'eau est juste le plus grand de nombreux effets - Il ya aussi une série d'avantages, tels que la résolution de bouchage dans le système d'irrigation, rendant le système d'irrigation plus efficace, générant des économies d'énergie. Aussi, par exemple dans la région IV où il y a de sérieux problèmes de sols salins, nous réussissons à lessiver les sels. Cela permet également un plus grand développement et une plus grande production pour l'agriculteur.

Catalina : C'est génial ! Êtes-vous seulement dans la quatrième région du Chili pour le moment ?

Felipe : Nous nous concentrons sur la région IV en raison de problèmes de pénurie d'eau, mais nous avons aussi des projets près de Las Cabras, Rapel Lake, et près de la région de Santiago. Les défis dans tout le Chili, mais nous voulions nous concentrer sur la région IV où il y a le plus grand nombre de problèmes d'eau.

Catalina : Et vous n'êtes qu'au Chili ou dans d'autres régions ?

Felipe : La société est présente dans plus de 40 pays, et en Amérique latine, elle est arrivée au Brésil il y a plus de 4 ans, et au Chili, au Pérou et en Argentine il y a environ deux ans.

Catalina : Pourriez-vous nous en dire plus sur les enjeux nationaux et internationaux que cette technologie peut aider à atténuer ?

Felipe : Aujourd'hui, Aqua4D atteint 11 des 17 objectifs de développement durable dans le monde. Ce que nous voulions faire au Chili - d'autant plus qu'il s'agit d'une nouvelle technologie, d'une innovation, qu'il en coûte pour intégrer et changer les mentalités et les paradigmes -, c'était établir des liens avec le monde universitaire, les universités. A ce jour, nous avons déjà un accord au niveau national avec l'INACAP, où leurs centres d'agriculture expérimentale et leurs étudiants vont commencer à travailler avec Aqua4D.

Catalina : Qu'en est-il des prix, du coût de cette technologie ou de son accessibilité ?

Felipe : Un projet Aqua4D est évalué en fonction des débits traités. Comme je l'ai dit sont modulaires, il dépend donc du flux utilisé par chacun des projets. Mais ce n'est pas une technologie coûteuse, c'est un atout qui ne nécessite pas d'entretien et....

Catalina : Je veux dire, il est installé une fois et c'est tout !?

Felipe : C'est vrai, c'est vrai. Il y a un suivi, parce que nous installons et puis nous faisons un accompagnement puisque la technologie ne fait pas de magie. Avec la technologie que nous allons utiliser pour traiter l'eau, l'eau que vous allez utiliser est différente, et puis il y a une gestion, il faut mesurer. C'est-à-dire que le sol sera plus humide et nécessitera moins d'arrosage. Et si la personne qui arrose ne fait pas ce changement, elle finira par utiliser la même quantité d'eau qu'avant.

Exemple d'un système Aqua4D installé au Chili

Catalina : Quel est le retour sur investissement ?

Felipe : Aujourd'hui, nous avons des cas de 1 an et 2 ans avec la technologie, et certains endroits dans d'autres pays ont Aqua4D depuis 10 ans sans maintenance et c'est un grand avantage que nous montrons au client.

Catalina : Quelles sont vos projections pour l'avenir ?

Felipe : Regardez, le grand défi cette année est de pouvoir développer plusieurs projets qui nous permettent de suivre et de montrer des résultats locaux, qui vont générer de plus en plus de crédibilité qui nous permettront en 2020 d'avoir une plus grande croissance dans le monde agricole et aussi dans différentes régions.

Catalina : Et quels sont les objectifs du Chili en matière d'économie d'eau ?

Felipe : Eh bien, aujourd'hui, il y a tout un processus d'économie d'eau, il y a plusieurs initiatives, aujourd'hui je dirais qu'il n'y a pas d'objectif clair pour dire ce que nous devons économiser, mais c'est là où nous voulons générer de la valeur...

Catalina : Oui, c'est bien de mettre un chiffre sur le sujet !

Felipe : Exactement... aujourd'hui, nous avons également le soutien de l'Ambassade de Suisse ici au Chili, où nous organiserons un petit-déjeuner avec les directeurs de différentes institutions pour sensibiliser le public. Nous savons également que nous avons un rôle important à jouer dans la communication de ce que nous faisons, car si ce n'est pas le cas, cela n'a pas de sens, alors je remercie également cet espace de pouvoir faire connaître ce que nous faisons.

Catalina : Ça a l'air génial ! Qu'en est-il de la réunion de la COP25 à Santiago en décembre, allez-vous y participer ?

Felipe : Oui, nous espérons participer sous une forme ou une autre.

Catalina : Super ! Ainsi, avec l'innovation et les solutions pour l'eau, cette technologie suisse qui vient au Chili, et qui permettra et permettra des économies d'eau allant jusqu'à 30% dans l'utilisation de l'eau dans le secteur agricole - Felipe Villarino, merci de nous rejoindre !

Felipe : Je vous remercie beaucoup.

  • Chili

  • Les économies d’eau

  • Agriculture 4,0

VIDÉO SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS